Entrevue spéciale avec Madame Carmen Genest

Publié le 26 juin 2017 dans À la une, Entrevues spéciales | 0 commentaire

Madame Carmen Genest

Mère d’un résident
Centre d’hébergement Notre-Dame-de-la-Merci

La vie d’Alain et celle de notre famille a basculé alors qu’il avait 23 ans. Victime d’un grave accident de voiture, ce beau jeune homme qui faisait 1,82 m étudiait en sciences pures et souhaitait aller à la Polytechnique. Mais du jour au lendemain, il s’est retrouvé quadraplégique, l’esprit et la sensibilité intacts, mais prisonnier de son corps.

D’un commun accord, mon mari et moi avons décidé de nous consacrer au bien-être d’Alain. Après un long séjour en centre hospitalier, il est revenu vivre chez nous dans une chambre adaptée à ses besoins, bien entouré par la famille et les amis. Mais après 5 ans à la maison, l’hébergement en soins de longue durée est devenu impératif, en raison de son état. Aujourd’hui âgé de 51 ans, il vit à Notre-Dame-de-la-Merci depuis maintenant 23 ans et nous lui rendons visite régulièrement.

Alain possède un sens de l’humour qui le rend très attachant, et même charmeur à ses heures. On lui pardonne facilement sa petite habitude de corriger ses interlocuteurs qui font des fautes de grammaire… Sa grande sensibilité lui permet de déceler les émotions des gens pour mieux entrer en contact avec eux.

Son passe-temps, la musique et particulièrement la musique classique, lui permet de s’évader. Il apprécie beaucoup les concerts SAMS (Société des arts en milieu de santé, organisme qui offre des concerts de musique classique à prix abordable aux établissements de santé). Il développe aussi sa mémoire avec des jeux sur son ordinateur et conserve sa vivacité intellectuelle en jouant au scrabble.

Concilier la vie de couple, la famille et les amis durant toutes ces années a été un défi, mais nous avons le bonheur d’être une famille tricotée serrée et chacun fait preuve d’une grande résilience. D’ailleurs, pour ses 50 ans, Alain a eu droit à une belle fête où ses amis sont venus lui témoigner leur fidélité. Simon, le plus jeune frère d’Alain, est très présent dans sa vie et c’est d’ailleurs lui qui veillera sur son aîné le jour où mon mari et moi ne serons plus là. Un jour, Alain m’a demandé « Qu’est-ce qui va m’arriver quand tu vas partir? » Je lui ai répondu que si je vois qu’il est malheureux, je viendrai le chercher et lui de me répondre : « assure-toi que je sois vraiment malheureux! »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires